[Web Creator] [LMSOFT]
   CR Rallye de l'Ardèche 2017

         "J'sais pas, j'me rappelle plus de rien "
Les organisateurs du 1er rallye des coteaux se sont démenés pour nous offrir une belle finale du championnat de France qui s'est déroulée à Mauves ce week-end du 9 et 10 septembre où 132 pilotes étaient au départ.                             
                                                   
            C'est sous un grand soleil que s'effectue de bonnes reconnaissances des deux belles spéciales bien différentes (merci Sonia, Romain et Florent), l'une étant très typée rallye (étroite et tortueuse) à parcourir 6 fois et l'autre large et pleine de belles enfilades (plus typée course de côte) à parcourir 6 fois également.
Malheureusement la pluie s'invitera dès le départ pour ne plus quitter l'épreuve jusqu'à la fin.                          

            1er tour, je débute le rallye prudemment car les conditions humides rendent les spéciales et les liaisons délicates et plus particulièrement la spéciale de Plats devenue très glissante et piégeuse à cause d'un bitume parsemé de grandes plaques de goudron noir et lisse. (Seulement 60 pilotes à l'arrivée).
ES1 : 28éme scratch, ES2 : 27éme scratch.
                           
            2ème tour, je me sens bien dans ces conditions et j'augmente le rythme progressivement sans prendre de risque.
ES3 : 15éme scratch, ES4 : 22éme scratch.

                                    
                                                        
            3ème tour, nous sommes bloqués au départ de l'ES5 suite à une des nombreuses chutes et repartons pneus froids dans la spéciale.

ES5 : j'aime tellement mamie Faz que nous nous sommes envoyés en l'air.



            Je pars comme pour la boucle précédente, déterminé mais prudent et dans un double gauche, je perds l'arrière subitement et brutalement, je bataille pour ramener mamie sur le droit chemin et finalement on se claque violemment sur le tarmac et ..................biiiiiiiiiiiiiiiiiiip ......................une demi- heure plus tard environ, je me retrouve aux paddocks sous le barnum à me garer sans savoir pourquoi je suis là.

                                    

            Bruno me demande ce que je fais ici et je lui réponds "J'sais pas, j'me rappelle plus de rien" et je répondais à toutes ses questions par la même réponse, ce qui l'inquiète fortement et conforté par l'état de mon casque (cassé), il m'oblige à aller aux urgences. (Je t'aime mon Nono et merci d'avoir pris soins de moi comme d'habitude).
Jean François (merci à toi jeune homme pour ton aide et ta patience) m'emmène à l'hôpital de Valence et patientera lors des 7 heures aux urgences avec moi en attendant les examens (scanner et électrocardiogramme) qui ne révélerons finalement pas plus de séquelles que celles déjà connues.
                                                                                                

            
            Il ne me reste que 3 ou 4 images de ces 30 mn de mémoire effacées et intrigué du phénomène, j'ai posé la question au médecin urgentiste comment était-il possible que je puisse communiquer suffisamment bien avec les commissaires de piste pour qu'ils me laissent ramener une moto qui ne tourne plus à droite (guidon tordu en butée sur le réservoir) jusqu'à un paddock situé dans une région inconnue, indiquer aux pilotes croisés sur le retour que tout allait bien et ce après plus de 30 secondes minimum de KO (Guillaume partie une demi minute après moi, m’a vu encore au sol inconscient lors de son passage).
Visiblement le cerveau, mécanisme incroyable et extrêmement complexe a la capacité d'aller à l'essentiel sans prendre la peine d'enregistrer au passage, peut être pour canaliser son énergie et par sauvegarde.
                                 
                                             

            Je suis évidemment déçu de cette fin prématurée car je me sentais bien et je montais crescendo en rythme ce qui, je pense, m'aurait permis de faire un résultat sympa au final.


            
            Je suis sans aucun doute triste d'avoir froissé un peu Mamie Faz, mais c'est une guerrière et elle ne s'en tire tout comme moi qu'avec seulement quelques contusions sans gravités.



Merci à mon casque KIWI d'avoir fais du bon boulot.
Merci aux organisateurs, bénévoles et acteurs de cet événement qui se sont pliés en quatre pour nous permettre de vivre notre passion.
Merci à Zézette (éleveuse de champions) de nous chouchouter ainsi.
                        

                                               
Merci aux photographes : Francesco Scuderi/FFM, Bruno Marlin, Jean François Chaudet et Marcello.
Merci à mes sponsors et partenaires : Motoshop34, KiwiHelmets, f2r, FerriniBTP, Inetsis,  MC du DRAC ainsi qu'à toute la Team Avomarc et tous les fans du "Pas plus vite qu'à fond".
                        
                                                           
            J'ai découvert cette année un monde passionnant qui me convient bien et intégré avec plaisir cette famille que j'appelle le "Rallye Continental Circus" que je compte bien ne pas la quitter de sitôt, je ferai donc tout mon possible pour être présent au championnat 2018 avec Mamie Faz ma fidèle compagne d'aventure.
                                                                        

            Et en attendant…baisers tendresse mais pas sur les fesses !